Au cœur
de la nature

Abécédaire de la ruche

A comme

APITHÉRAPIE

Du latin apis pour abeille, l’apithérapie consiste à soigner avec les produits de la ruche.

Cette pratique millénaire utilise les propriétés des produits des abeilles en vue d’améliorer et de maintenir le bien-être et le confort des êtres humains. L’apithérapie propose d’utiliser les propriétés connues et reconnues du miel, de la Própolis, de la cire, du venin d’abeilles, de la gelée royale et du pollen. « Hippocrate, le père de la médecine, disait que l’usage du miel conduisait à la plus extrême vieillesse, et le prescrivait pour combattre la fièvre, les blessures, les ulcères et les plaies purulentes », écrit Henri Joyeux dans son ouvrage Les abeilles et le chirurgien.

B comme

BIO

Quelles différences avec un miel conventionnel ?

Le cahier des charges du miel bio est très exigeant. Voici les principales exigences auxquelles les apiculteurs doivent se conformer pour pouvoir prétendre au label AB :

  • les ruches doivent être entourées de cultures biologiques ou sauvages sur un rayon de 3 km,
  • les zones de butinage doivent être éloignées d’au moins 3 km des sources de pollution (villes, autoroutes, zones industrielles, décharges…),
  • les ruches doivent être construites avec des matériaux non traités, sans peintures ni vernis synthétiques,
  • les cadres situés à l’intérieur des ruches doivent être en cire biologique,
  • les abeilles doivent être essentiellement nourries de leur miel ; le recours à l’alimentation artificielle doit rester très exceptionnel,
  • les abeilles doivent être soignées par des méthodes naturelles (de type homéopathie ou phytothérapie),
  • lors de la récolte, l’usage de répulsifs chimiques est interdit,
  • l’extraction doit être effectuée à froid, sans chauffage,
  • les mélanges de miels sont interdits en apiculture biologique.

C comme

CHOLESTÉROL

Le miel contre le mauvais cholestérol Selon une étude* menée à Dubai, le miel serait bon pour le cholestérol.

Dans le cadre de cette recherche scientifique, les sujets ayant consommé 250 ml d’eau accompagné de 75 ml de miel naturel durant 15 jours ont vu leur taux de « mauvais » cholestérol baisser et leur taux de « bon » cholestérol augmenter. Le miel étant riche en deux types de sucre à savoir le fructose et le glucose, on pourrait croire qu’il ferait grossir ou augmenter le taux de cholestérol.

Or, c’est tout l’inverse ! Le miel pur consommé pendant les repas abaisserait donc le taux de « mauvais » cholestérol tout en augmentant le taux de « bon » cholestérol.

D comme

DIABÈTE

Le miel n’est pas interdit aux diabétiques, mais il doit être consommé avec modération et être inclus dans le compte journalier des glucides. Il est plus intéressant que le sucre blanc de par sa concentration en fructose qui limite l’augmentation du taux de glycémie.

E comme

ÉTUDES cliniques et scientifiques

Les propriétés du miel font l’objet d’un nombre croissant d’études. En effet, si l’usage de ce produit naturel a traversé les siècles dans les pays de l’Est ou l’Afrique, ce n’est que récemment que les médecins et nutritionnistes français s’y sont intéressés.

F comme

BIO-FLAVONOÏDES

Les propriétés du miel font l’objet d’un nombre croissant d’études. En effet, si l’usage de ce produit naturel a traversé les siècles dans les pays de l’Est ou l’Afrique, ce n’est que récemment que les médecins et nutritionnistes français s’y sont intéressés.

G comme

Index GLYCÉMIQUE

Le miel a-t-il une charge glycémique élevée ?

La charge glycémique est élevée (45/100) mais l’index glycémique est bas (55/110). C’est-à dire que malgré un apport en « sucre », la glycémie n’augmente que peu.

H comme

PH

Le miel est-il acidifiant ?

Non. Le miel est plutôt alcalinisant. L’indice PRAL du miel est B-0.93/100 g. Le pH du miel varie entre 3,2 et 5,5. On peut observer que son pH est acide.

I comme

IMMUNITÉ

La Propolis verte est particulièrement efficace pour renforcer nos défenses naturelles contre les agressions extérieures et protéger durablement nos organismes. Elle contient naturellement des bioflavonoïdes, tels que la Chrysine, l’Aromadendrine, la Galangine, la Quercétine. Pour la plupart, ils ont des propriétés antimicrobiennes et antispasmodiques. La nature a également doté la Propolis de propriétés antibactériennes et antifongiques grâce à des huiles essentielles, des composés phénoliques et des acides aromatiques, tels que les acides caféiques, féruliques, benzoïques, cinnamiques et coumariques.

K comme

KILOCALORIES

Le miel est moins calorique que le sucre blanc (320 calories contre 420 calories pour 100 g pour le sucre blanc) alors qu’il contient plus de nutriments.

M comme

MAUX du quotidien

En raison de ses propriétés antibactériennes, le miel peut aider à apaiser votre mal de gorge, la toux. Lui sont également reconnues des vertus pour la digestion et les troubles du sommeil.

N comme

NUTRIMENTS

Le miel semble un produit simple, mais en réalité il contient plus de 200 éléments ! C’est un produit 100 % naturel dont la parfaite synergie entre ces 200 éléments est absolument impossible à recréer artificiellement. Comme sa composition dépend des fleurs dont il est issu, chaque miel est unique, mais apporte dans des proportions différentes des sucres (principalement glucose et fructose), vitamines, minéraux et oligoéléments (magnésium, calcium, phosphore, fer, zinc…).

P comme

PRÉBIOTIQUES

Les prébiotiques sont des glucides non assimilables par notre organisme qui jouent un rôle dans la balance de la microflore intestinale. Le miel aurait possiblement un effet prébiotique sur le corps humain en améliorant la croissance, l’activité et la viabilité des bifidobactéries et des lactobacilles de la microflore intestinale, des bactéries importantes pour une bonne santé.

Q comme

QUALITÉ

Le Miel Brésilien, utilisé dans les produits a récemment été primé à la conférence APIMONDIA pour sa haute qualité. Les abeilles de la région de récolte ont la particularité d’être très robustes, permettant à l’homme de limiter ses interventions et les traitements.

R comme

RUCHE

Lors du butinage, l’abeille remplit son jabot de nectar floral, mélange de 80 % d’eau et de 20 % de sucre sécrété par les fleurs pour attirer les insectes pollinisateurs. Une fois de retour à la ruche, le précieux liquide est pris en charge par les autres ouvrières qui l’enrichissent en enzymes, et par les ventileuses qui abaissent son taux d’humidité en battant constamment des ailes. Elles entreposent la dernière goutte dans une alvéole où le futur miel poursuit sa maturation. Lorsqu’il ne contient plus que 20 % d’eau, les abeilles referment la cellule avec une fine pellicule de cire : c’est l’operculation. Les abeilles constituent ainsi leur réserve de nourriture pour tout l’hiver.

  • 500 gr de Miel = 8 700 000 Fleurs
  • 500 gr de Miel = 17 000 VOYAGES
  • 500 gr de Miel = 7 000 HEURES DE TRAVAIL

S comme

SOMMEIL

Le miel contribue à la libération d’insuline qui à son tour stimule le tryptophane. Ce dernier est un composé qui nous rend somnolents. Si vous avez de la difficulté à dormir, prenez un verre de lait chaud avec du miel avant de vous coucher. La chaleur dégagée par le lait chaud augmentera l’effet du tryptophane.

V comme

VITALITÉ

Des études suggèrent que le miel pourrait être l’un des hydrates de carbone les plus efficaces avant une séance d’entraînement. Contrairement à d’autres types d’agents sucrants, le miel est facilement digéré, puis libéré dans le métabolisme à un rythme plus lent et régulier. De plus, le Miel est une source naturelle de Vitamine C.